Autant d'énergie qu'à 20 ans

par Sylvain Hascoët - publié le mai 15, 2021

Chers amis,

 

Avant de partir nous installer hors de France ma femme et moi, nous avions “notre” boulanger, notre poissonnier attitré, notre programme bien établi :  le vendredi, c’est le rendez-vous avec les copains du club de tennis, 1 mercredi sur 3, on avait les cousins… et on ne manquait pour rien au monde la petite pizzeria du 1er jeudi du mois avec les copains du quartier...

 

Il n’y avait pas de mal à ça.

 

On trouvait un certain confort dans ce “train-train” rassurant et prévisible. 

 

Mais au bout d’un moment on a réalisé qu’on gardait nos habitudes… sans qu’elles nous rendent forcément heureux.

 

Elles nous empêchaient même d’essayer de nouvelles choses, inconnues.

 

Et puis on était toujours un peu “justes” financièrement, comme beaucoup d’entre vous.

 

Eux l’ont fait

 

On avait des voisins, des amis plus âgés que nous, Michel et Catherine.

 

Ce qu’ils ont fait a été un déclic pour nous.

 

Ils se sont offerts une deuxième jeunesse 2 ans après leur retraite en quittant Niort pour Penang, en Malaisie. 

 

Je ne n’aurais probablement jamais fait, déménager comme ça, à l’autre bout du monde.

 

Mais eux l’ont fait.

 

Maintenant, on peut se le payer

 

“Quand on habitait en France, le budget était parfois un sujet de tension avec Michel. Et pourtant, on ne menait pas la grande vie.

 

À Penang, je peux passer une journée entière au spa tous les mois, même avec ma petite retraite. Un massage d'une heure + un soin du visage d'une heure + un gommage corporel de 45 minutes, le tout pour 35€ ! C’est carrément du luxe.

 

Côté logement on est bien lotis pour accueillir des amis, de la famille. On loue un appartement de 3 chambres et autant de salles de bain dans une résidence privée. Tout ça pour 560€ par mois.

 

De notre balcon, tous les matins, on a le spectacle du lever de soleil sur le pont de Penang. Je peux vous dire qu’il n’y a pas deux matins identiques !

 

C’est la première fois en trente cinq ans de mariage qu’on peut s’offrir ce mode de vie. On a l’impression d’avoir autant d’énergie qu’à 20 ans !

 

Pont de Penang

 

A Niort, après mon opération d’une calcification à l’épaule, j’avais regardé pour prendre une femme de ménage. On pouvait tout juste se la payer à condition de rogner sur le reste.

 

Vous imaginez Michel dire à ses amis du tennis le vendredi, “désolé les gars, pas de déjeuner entre copains pour moi, je dois payer ma femme de ménage à la place”

 

Ici, elle passe deux fois 2h, toutes les semaines. Pour 80€ par mois ! 

 

De nouvelles rencontres, une liberté retrouvée

 

On a vendu notre maison à Niort. Quand on a dû vider la maison, on a juste gardé l’essentiel : nos albums photos et quelques cadeaux. On s’est rendus compte qu’en 35 ans, qu’est-ce qu’on avait accumulé comme “conneries” ! Le reste : on a presque tout vendu ou donné. 

 

Sur le coup, on s’est évidemment dit “est-ce que je ne suis pas en train de faire une énorme bêtise ?” car c’est quand même un sacré pan de vie qu’on laisse derrière nous !

 

Mais rapidement, le sentiment de liberté a surpassé l’angoisse et les doutes.

 

Et au lieu de se prendre la tête à se dire “j’espère que le déménagement n’a pas abîmé telle lampe, je ne sais pas si ces fauteuils iront dans notre nouveau salon…”, notre attention s’est portée à découvrir notre nouvel environnement et à nous refaire un intérieur sympa.

 

Michel a appris à cuisiner au wok

 

A Niort, on avait un groupe d’amis très soudés et on est resté en contact avec eux depuis notre départ - merci Facebook et Whatsapp.

 

C’est sûr qu’en arrivant ici, on a dû tout reconstruire. Avec des Français expatriés pour commencer, mais aussi avec des Belges et des Québécois. 

 

Mais aujourd’hui on est super intégrés et super heureux, c’est quasiment dîner dehors tous les soirs !

 

Michel est un bon vivant, il vient du Sud-Ouest. Même quand on habitait à Niort, c’était cassoulet au moins une fois par mois. 

 

Ici, c’est impossible à trouver, à la place, il a appris à cuisiner au wok ! Et il s’en sort plutôt bien ! Par contre quand on rentre en France, il fonce sur son cassoulet”

 

Michel et Catherine mènent une vie heureuse et paisible. Ca fait 8 ans que ça dure et ils semblent ne rien regretter.

 

Leur histoire me touche parce qu’elle est simple. N’hésitez pas à leur laisser un petit message sympa en bas de l'article.

 

Bien chaleureusement,

 

Sylvain Hascoët

S’abonner
Notifier de
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Yatros
4 mois il y a

Vraiment très heureux pour vous qui avez su changer le fusil d’épaule au bon moment c’est à dire en fait quand le train-train quotidien devient insupportable...

Certes, il y a aussi des contraintes ailleurs mais quel plaisir de pouvoir les gérer en ayant un autre but à atteindre: celui d’entrevoir enfin une vie plus douce parce que nettement moins contraignante.

Nouveau mode de vie, nouveaux amis, nouvelle manière et nouveau moyen de s’épanouir car le budget familial peut suivre...

Je vous souhaite un épanouissement sans limite. La vie est bien trop courte pour que nous négligions les moments de bonheur......

Serge dupont
4 mois il y a

Bonjour,
J'ai plein de questions sur Penang, la Malaisie et toutes les conditions d'installation, de séjour, santé, fiscalité etc... Pourrais-je avoir votre mail pour prendre contact avec vous, sans vous embêter bien sûr ? Merci d'avance
Serge
Belgique

Marc
4 mois il y a

Bonjour et félicitations car ça ne doit pas être évident de prendre cette décision de partir...
Moi aussi pleins de questions sur la santé, la fiscalité....
Au plaisir d'échanger et bonne continuation 😉

Leconte
4 mois il y a

Comme j'aimerais partir aussi, mais étant célibataire et ne parlant pas anglais c'est peine perdue. Bravo et profitez bien. Je suis heureuse pour vous. Cdt.jacqueline

Nathalie Lestchoff
4 mois il y a

Bonjour, beaucoup de questions : le retraité dépend-il de la fiscalité de son pays d'origine? la prise en charge de l'hospitalisation. La sécurité pour les ressortissants surtout.

Isabelle
4 mois il y a

Félicitations!
Ça fait du bien de lire votre témoignage!

Ça fait 5 ans qu’ont se prépare pour un gros changement: et ca s’en vient : 1 decembre 2021.
Tout comme vous-même, nous avons tout vendus, grosse maison, et on s’est dit: faut que ca entre dans la voiture.

Contrairement a vous: nous on a choisi Val d’Isère comme endroit où s’expatrier pour nos prochaines hivers, on est Quebecois. On a compris assez vite que de se loger là bas pour la saison entière de ski coûte plus cher que le plus cher! Mais étant passionné de ski, rien ne peut nous arrêter!!!! On revoit nos priorités et on accepte un logement plus petit.
le plan est de passer tous nos hivers là bas.... décembre à mars et on va orienter nos dernier 3 mois dans des destinations moins coûteuses, ça devrait balancer le tout.
Évidemment la Pandémie a bousculé nos plans.... mais pas bousillé.... on attend l’accord de notre pays pour booker.

Isabelle & Sylvain

Daudé Michel
4 mois il y a

Bravo à tous les deux . Votre témoignage est très beau et me conforte dans mon idée que je ne vais pas rester en France pour la retraite proche.
Amicalement.

Martine
4 mois il y a

Moi qui suis déjà expatriée depuis 15 ans je me demande si pouvoir passer régulièrement du temps avec ses enfants et ses petits enfants cela ne vaut pas largement de se serrer un peu la ceinture , même si pour cela on doit se passer d’une heure au spa ou de restos ?
À chacun ses petits bonheurs....
Martine

bourset
3 mois il y a

BONJOUR VOUS ETES OU AU POETUGAL......POUR CHERCHER UN BIEN A LOUER ES CE DIFFICILE ? MERCI