Maroc, Espagne, Thaïlande... avez-vous les moyens de vous faire soigner à l'étranger ?

par Sylvain Hascoët - publié le avril 1, 2021

Chers lecteurs, 

Vous m’écrivez beaucoup sur le sujet de la santé.

Et notamment de sa prise en charge si vous deviez quitter la France.

“Bonjour Sylvain, j’envisage de m’installer à Agadir, est-ce que je continuerai à être remboursé de mes séances de kiné ?” Luc

“Mon mari doit régulièrement faire des prises de sang pour contrôler son cholestérol. En résidant en Espagne, ça sera toujours pris en charge ?” Marie-Christine

Ces questions sont légitimes. Partir la fleur au fusil sans vous soucier de votre couverture santé serait une grave erreur.

Expatrié depuis de nombreuses années, je peux en témoigner : en tant que Français, nous sommes habitués à un système de soins plutôt performant et… pas trop cher.

En habitant à l’étranger, grosso modo, deux variables peuvent tout changer pour vous :

 

  1. Si le pays où vous vivez a des accords (ou non) avec la France
  2. Si le système de santé auquel vous faites appel est public ou privé 

 

Vous restez en Europe

Dans un pays “européen” (*j’ai mis la liste en fin de message), les consultations dans le médical public seront remboursées. Les conditions nécessaires sont les suivantes :

 

  • Avant votre départ, vous prévenez votre caisse d’assurance maladie et votre caisse de retraite de votre départ en communiquant, entre autres, votre nouvelle adresse. 
  • Une fois sur place, vous vous inscrivez auprès de l'organisme de sécurité sociale de votre lieu de résidence.

 

“A l’été 2019, je me suis fait une entorse en randonnant. J’ai été prise en charge à l’hopital de Portimao (en Algarve, Portugal).On s’est occupé de moi très rapidement et l’interne de garde parlait français, ça s’est très bien passé” m’a confié Mireille, lectrice de Retraite au Soleil.

Dans les pays européens que je mentionne régulièrement, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, la Croatie, le Portugal…les médecins, les infirmières et le personnel de santé du public sont très bien formés et même souvent dévoués. Vous n’avez pas de crainte à avoir.

“Le vrai problème c’est pour prendre des rendez-vous non urgents poursuit Mireille. Il peut y avoir des délais d’attente parfois de plusieurs mois.

Au Portugal, le Service National de Santé (la “sécu” portugaise) a essayé de trouver une solution : lorsque le délai d’attente pour l’admission dans un hôpital dépasse trois mois, vous avez le droit de vous rendre dans une clinique privée conventionnée par le Ministère de la santé.

Ce qui constitue une vraie alternative.

Sinon vous avez deux possibilités : 

  1. Vous prenez rendez-vous dans le privé - avec une bonne assurance dédiées aux expatriés (je vous reparlerai de ce sujet plus spécifiquement)
  2. Vous revenez en France pour consulter

 

Très important d’ailleurs : ne jetez jamais votre CARTE VITALE. En tant que retraité du régime français, vous restez couverts par la Sécurité Sociale.

“J’ai la chance d’être en bonne santé. Je rentre deux fois par an en Gironde. Je prends rendez-vous deux ou trois mois à l’avance et j’en profite pour faire un check-up avec mon toubib et une visite de contrôle chez le dentiste et l’ophtalmo une fois l’an”, me dit Jean-Noël.

Si vous rentrez en France pour voir de la famille, des amis, anticipez et planifiez vos rendez-vous de routine, ils seront pris en charge par l’assurance maladie…

...vous ne “profitez” pas du système comme certains rabat-joies peuvent le dire, vous avez cotisé pour !!

Et si vous partez à seulement quelques heures de la France (Portugal, Italie, Espagne…), il peut même être judicieux de conserver votre mutuelle française. 

Vous vous installez en dehors de l’Europe

Hors d’Europe, vos frais de santé ne sont plus couverts par l'Assurance Maladie française. 

Mais la France a des accords bilatéraux de prise en charge des soins d’un pays à l’autre avec une poignée de pays : Algérie, Andorre, Serbie, Bosnie, Macédoine du Nord, Kosovo, Monténégro, Québec, Maroc, Monaco, Tunisie, Turquie.

“Je pensais que ça serait compliqué. En réalité, j’ai eu 2 choses à faire : demander une attestation à ma caisse de retraite en France et grâce à ce document m’inscrire à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), à l’agence régionale d’Agadir. Avec ça, je suis pris en charge pour mes soins de santé au Marocdit Christiane, qui a pris un billet sans retour pour le Maroc en 2016. Elle ne dépend plus “que” du système marocain et n’est pas revenue en France depuis.

Par sécurité, je vous conseille, en plus du CNSS marocain, de vous affilier de toutes façons au Centre NAtional des REtraités de France à l'Etranger (CNAREFE). 

Pour une raison simple : ça vous ré-ouvre les droits à une carte vitale et à la prise en charge de vos frais de santé lors de vos retours en France.

Pour quelques démarches administratives, ce serait, je pense, une erreur de s’en priver.

 

Yves en Thaïlande

 

“Depuis 2019, les choses se sont un peu corsées car en tant qu’étranger en Thaïlande on doit obligatoirement souscrire à une assurance santé locale approuvée par l’administration thaïlandaise. Heureusement, j’ai été bien aiguillé par la CFE*, sinon j'imaginais déjà la galère auprès des courtiers thaïlandais”

En effet pour la Thaïlande, vous avez l’obligation d’être assuré localement. Le mieux selon moi est de : 

  1. Cotiser, comme Yves auprès de la fameuse Caisse des Français de l’Étranger (CFE), que les expatriés connaissent bien. Pour être indemnisé, cela vous coûtera 4,2 % du montant de chaque pension, avec un minimum de 234 euros par trimestre. 
  2. Etre conseillé par un courtier français qui a l’expertise de la Thaïlande. En se basant sur l’expérience et le sérieux de l'entreprise, je vous recommande le partenariat CFE - April (je n’y gagne rien, je précise). Vous serez bien couvert et pas d’arnaque possible.

 

En clair, pour un pays comme la Thaïlande, oui vous allez mettre un peu plus de votre poche côté santé, mais

1) vous n’avez pas le choix si vous voulez un visa,

2) la hausse de votre pouvoir d’achat (40 à 50%) sur tout le reste compensera largement ce surcoût !

J’espère que ces exemples et les témoignages vous ont éclairés. Mais je ne peux évidemment pas comparer tous les systèmes de santé dans un mail.

Alors j’en profite pour lancer un appel à mes lecteurs : j’envisage grâce aux réseaux des retraités auxquels j’ai accès de dresser un panorama des systèmes de santé dans chaque pays où des français s’installent chaque année.

Est-ce que cela vous serait utile ? Vous pouvez me répondre directement par mail ou commenter ici.

Bien à vous,

Sylvain Hascoët

 

*Liste des pays concernés : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Claude BARDON
5 mois il y a

Vos informations sont très intéressantes, merci à vous, et continuer à le faire, c'est très utile !!!

Leila Heriem
5 mois il y a

Merci pour ces informations très intéressantes je souhaite continuer à recevoir des informations

Lenormand monique
5 mois il y a

Je passe 4mois par an au Luxembourg la carte européenne sert à rien je dois payer en liquide les médecins ou en CB les chèques n'existent plus au Luxembourg alors si je dois subir une opération ou une admission covid comment je fais ??

Faure susan
5 mois il y a

La France a t’elle des accords avec les USA principalement avec la Californie. C’est pour mon fils.
Merci d’avance de votre réponse.

Bitetti
4 mois il y a

Bonjour
avant de commander les guides restants
je suis toujours dans l’attente du guide gratuit sur l’Espagne
pouvez vous me l’envoyer
cordialement
michr Bitetti